Un souffle, une ombre de Christian Carayon.

Hello les Bouquinovores ! J’espère que vous allez bien ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler encore d’un thriller que j’ai beaucoup aimé !

Titre : Un souffle, une ombre.

Auteur : Christian Carayon.

Date de parution : 2016.

Maison d’édition : France Loisir.

Nombre de pages : 542 pages.

Le prix : 20,90 € en format broché et 8,60 € en format poche.

Ma note : 16/20.

Le synopsis : Été 1980. Le lac de Basse-Misère, dans le sud du Massif central. Un groupe d’adolescents de bonne famille est massacré sur l’ îlot où il était parti camper, en marge de la fête du club nautique local. Dans toute la région, l’onde est sismique. Comme un point de bascule irréversible, qui signe la fin d’une époque d’insouciance, et le début du déclin de la vallée.
À Valdérieu, principale agglomération du pays, quelque chose s’est brisé pour toujours. Trente-quatre ans plus tard, le meurtrier supposé croupit derrière les barreaux. Mais à l’université de Toulouse, le chercheur en histoire Marc-Édouard Peiresoles ne croit pas en sa culpabilité. Originaire de Valdérieu, et témoin impuissant du cataclysme alors qu’il n’était que collégien, il décide de retourner sur place, et de reprendre toute l’enquête. Comme on replonge dans ses propres traumatismes. Comme on lève le voile sur trois décennies de non-dits, en grattant le vernis d’une communauté beaucoup moins lisse qu’il n’y paraît. Derrière les fantômes des adolescents disparus, c’est bientôt le lac de Basse-Misère qui se réveille, tel un prédateur endormi. Déjà prêt à engloutir ses
prochaines victimes…


Mon avis : Dès le prologue, on plonge dans une tuerie glaçante et pourtant, le reste du roman est tout sauf bloque et sanglant. Je pense que c’est un très bon thriller pour commencer de lire ce genre. En effet, même si les meurtres sont clairement effrayants, le reste du récit est plus léger Et pour cause, l’enquête n’est pas mené par la police mais par un professeur d’histoire qui passait ses vacances dans la ville où les meurtres ont eu lieux. On est donc plusieurs années après ce crime, ce qui fait qu’on est moins dans la tension d’attraper le meurtrier mais plutôt comme dans un travail de mémoire pour le narrateur.

En effet, Marc-Edouard enquête pour comprendre pourquoi il est aussi touché par cette tuerie et par conséquent pourquoi il est aussi craintif de la vie depuis cet événement. C’est donc tout un travail d’enquête pour mettre le fin mot sur cette histoire mais aussi un travail sur sois. Malgré l’auteur ménage très bien le suspense. Nous aussi on a envie de savoir qui a commis ses meurtres et on enquête au côté de Marc-Edouard.

J’ai beaucoup aimé le style d’écriture de l’auteur. Il nous raconte tout, c’est assez brute mais c’est aussi un piège pour le lecteur. En effet, on a l’impression de tout savoir, de tout connaître, on se dit donc qu’on ne peut pas se tromper, qu’on trouvera forcément le dénouement et pourtant, on ne le trouvera jamais. C’est très intelligent de la part de l’auteur de nous faire croire ça. Et c’est ainsi de le livre sera un bon thriller ! En plus, l’écriture à la première personne permet au lecteur d’être vraiment immergeait dans l’histoire et l’écriture est très fluide et simple.

En utilisant un personnage qui n’est pas un policier, je me suis senti plus proche de lui, j’ai eu l’impression de pouvoir résoudre l’enquête au même titre que Marc-Edouard. C’est un personnage très attachant et solitaire. Parc contre, c’est vrai que j’ai trouvé quelques longueurs au livre notamment à cause des parties consacrés à la vie de Marc-Edouard. Je comprend que l’auteur est besoin d’en parler puisque Marc-Edouard se lance dans cette enquête pour se comprendre mais je trouve qu’il y en avait trop. Parfois j’avais donc l’impression de l’enquête n’avançait pas. Et pourtant, je n’avais aucune envie de lâcher le roman. Je devais absolument connaître le dénouement.

En parlant de la fin, elle m’a surprise, je ne m’attendais pas à ça du tout. Je me suis fait complètement baladé par l’auteur et j’ai adoré ça. Je me suis trompé sur toute la ligne. Et c’est pour ça que je peux dire que ce thriller est un bon thriller.

Publicités

Un commentaire sur “Un souffle, une ombre de Christian Carayon.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :